Nos Projets

LE RECIF – UN COLLECTIF INTER-FESTIVAL 

En février 2018, l’équipe C’est pas d’la Carotte a organisé une première rencontre avec différents festivals portés par des valeurs similaires et fonctionnant de manière semblables. Suite à cette première réunion, un groupe stable s’est créé, composé du Vaga Festoch, de la Tour de Samme, du CénoBeat festival. Il nous a vite semblé évident de créer un collectif : le RECIF, Réseau Eco-Culturel Inter-Festival, le but de celui-ci est de se soutenir réciproquement, de renforcer nos compétences, ainsi que de mutualiser nos ressources matérielles. Ainsi pour les éditions 2018 des premiers échanges ont eu lieux, matériels (Talkies-Walkies, toilettes sèches, bar, etc.) et humains (Des membres des différents festivals ont participé aux démontages réciproques).

En 2019, le RECIF a fait brasser sa propre pils, bio et locale, a créé des constructions communes (toilettes PMR, Caravane Bar, etc.) et mis en place des réunions de réflexion autour de problématiques communes) et le festival du Mulet nous a rejoins dans l’aventure.

L’atelier

Depuis 2019, l’ASBL « C’est pas d’la Carotte » a son propre atelier de travail et de stockage. Celui-ci a permis de mettre en place une série de projets rêvés par l’équipe depuis plusieurs années.

Un espace de stockage :

Grâce à cet atelier, l’ASBL peut stocker énormément de choses. Cette nouvelle donne, permet de repenser l’organisation du festival autrement. En effet, durant l’année l’équipe construction peut récupérer énormément de matériels. De ce fait le projet s’inscrit durablement dans ses valeurs. Construire un maximum de structures pour l’événementiel avec du matériel de récupération. Ces structures sont pensées pour être montables/ démontables et donc pérennes.  De cette façon l’ASBL « C’est pas d’la Carotte » peut s’encrer dans un autre de ces objectifs principaux, soutenir les évènements émergeants en leur louant du matériel (soit en échange de services, soit pour un prix très raisonnable)

Un collectif scénographique – des stages d’initiation au décor :

Par le biais de l’atelier, la mise en place d’une équipe scénographique spécialisée dans les décors d’événements se mets actuellement en place. En 2020 l’atelier a pu créer, en partenariat avec les Jeunesses Scientifiques, les décors des Sciences World, un événement qui aura lieu en novembre 2020 au palais du Heysel à Bruxelles (initialement prévu en avril 2020).

Dans ce contexte, Poilu Pauline et Dorine ont organisé un stage d’initiation au décors durant les congés de carnaval. Ce stage était adressé aux jeunes de plus de 16 ans et permettait, en une semaine, d’aborder les techniques et outils principalement utilisés pour la création de décors. Le travail du bois, visseuse, scies électriques (circulaire – à onglet – sauteuse), cloueuse. Le travail du métal, disqueuse, soudure. Enfin les techniques esthétiques, peinture, transformation de différents matériaux, époxy, etc. Le but étant de rendre chaque personne présente autonome dans la réalisation de structures de base.

Ce premier stage a été un succès, et sera réitéré en 2021.

Des résidences de création de décors :

Pour l’année académique 2020 – 2021. L’atelier met en place une résidence de création de décors adressée aux compagnies de cirque et d’art de rue. Deux compagnies seront sélectionnées et pourront avoir accès à l’atelier ainsi qu’au matériel de récup durant deux semaines. Un accompagnement professionnel est prévu. Dans cette démarche, l’ASBL s’inscrit un peu plus dans un de ses objectifs, valoriser des projets artistiques émergeants.

Un Collectif scénographique

Parce que les fondations de « C’est pas d’la Carotte » sont maintenant solides, l’ASBL démarre un nouveau projet en 2019. En effet, l’ASBL a décidé d’investir dans la location d’un hangar situé à Liège et partagé, entre autre, avec la Superette qui organise le festival SuperVue. La location de ce lieu permet à l’association d’envisager de nouvelles ambitions, la création d’un collectif scénographique spécialisé dans l’événementiel. Par l’existence de ce lieu, nous pourrons récupérer des matériaux divers et variés et de ce fait créer de nouvelles structures originales et esthétiques. Une équipe ayant des compétences multiples (scénographe, soudeur, régisseur, ingénieurs, etc.) s’est réunie en mars afin de mettre en place ce projet, l’objectif étant de faire profiter à d’autres événements des structures créée dans le cadre du festival.